Monday, 23 April 2018 06:00

L`horizon esthétique

Si nous voulons poursuivre la grande entreprise pédagogique entamée par Gramsci, il faut avant tout adopter une approche connexioniste, c`est-à-dire poser la question de la beauté à l`intérieur de l`horizon esthétique. L`existence d`un horizon esthétique dépend de la présence simultanée de multiples facteurs de différente nature qui interagissent entre eux. Les réflexions sur le beau et sur l`art ne suffisent pas à créer un horizon esthétique. Le mot ”esthétique” a été introduit au XVIIIème siècle par la philosophie pour indiquer une orientation disciplinaire qu`il s`agissait de poser à côté de la logique ; cette circonstance historique ne doit pas pour autant faire oublier que la philosophie est, dès sa naissance dans la Grèce antique, un élément essentiel de l`horizon esthétique. A côté de ces trois éléments, il en est un quatrième qui appartient à l`action et la socialité : on peut le définir comme le style de vie exemplaire.
Pour qu`un horizon esthétique puisse exister, il est donc nécessaire que quatre éléments soit réunis : le beau, l`art, la philosophie et le style de vie exemplaire. Chacun de ces éléments est en soi très problématique et peut être décliné de diverses manières. On peut considérer comme des variations du beau le sublime, le gracieux, le subtil, l`intéressant, le raffiné et d`autres notions voisines. L`art en tant que concept unitaire sous lequel on peut penser des choses aussi diverses entre elles que la poésie et l`architecture, le théâtre et la sculpture, la musique et la peinture, la littérature et la danse (sans parler de la photographie et du cinéma) ne s`est constitué que progressivement à partir de la Renaissance. La philosophie, au cours de son histoire pluri-millénaire, a usé de tous les genres littéraires, du poème au traité, du dialogue à la lettre, du récit au fragment, de l`essai au discours polygraphique, sans négliger le cas limite d`une transmission purement orale (comme Socrate et Pyrrhon dans l`antiquité et Lacan au XXème siècle). Enfin, les styles de vie exemplaires sont extrêmement variés : du héros au saint, du martyr au dandy, du philosophe à la femme fatale, du poète à la sexual persona en se combinant de multiples manières.
L`ampleur de l`horizon esthétique n`implique cependant pas qu`il puisse tout contenir : il s`agit en effet d`un horizon. Comme l`indique l`éthymologie du mot (du grec orízo, limiter, marquer les frontières), il se détermine sur la base de ce qu`il exclut. Tout d`abord, je ne crois pas que l`on puisse parler d`horizon esthétique si l`idée de l`un des éléments indiqués vient à manquer. Un monde dans lequel les couples antinomiques beau/laid, art/non art, sont totalement ignorés est étranger à l`horizon esthétique. Mon intention n`est pas d`affirmer la nécessité de se prononcer en faveur du beau ou en faveur de l`art, mais seulement de rappeler qu`il est indispensable d`être conscients de ce que ces notions ont signifié au cours de l`histoire : l`attaque que l`art contemporain a portée à la notion de beauté s`inscrit à part entière dans l`horizon esthétique ; on doit faire le même constat à propos des théories de la fin et de la mort de l`art ou de l`anti-art du Vingtième siècle.
De la même manière, un monde dans lequel la place de la philosophie a été entièrement occupée par la techno-science ou par la religion, a supprimé l`horizon esthétique : en revanche, les critiques que les artistes et les poètes ont souvent adressées à la philosophie en font partie. Enfin, le manque de modèles de vie exemplaire empêche l`émergence de l`admiration, qui constitue le levier le plus puissant de l`implication esthétique : ce n`est pas un hasard si l`éducation a été reconnue comme un élément essentiel de l`horizon esthétique. Les tendances contre-culturelles, qui se sont manifestées par exemple durant la contestation de la seconde moitié du Vingtième siècle, font cependant partie de l`horizon esthétique.
Il s`est rarement vérifié que les quatre éléments qui font partie de l`horizon esthétique aient été en accord entre eux : cette situation s`est produite au XVIIIème siècle et est directement liée au mouvement néo-classique et à la constitution de l`esthétique comme discipline autonome. C`est alors que la belle nature, le bel art, le beau penser et l`éducation esthétique ont établi entre eux un pacte contraignant. On ne saurait toutefois limiter l`horizon esthétique à ce moment historique particulier sans proposer une vision trop restrictive et ennuyeuse. D`ailleurs, à l`âge même du néo-classicisme, des voix se sont élevées pour s`opposer à cet accord, qui se révéla, de fait, éphémère.
Toutes ces raisons me portent à considérer plus fructueuse la conception de l`horizon esthétique comme un territoire, où les quatre prétendants (le beau, l`art, la philosophie et le style de vie exemplaire) se confrontent et s`affrontent en donnant vie aux situations stratégiques les plus diverses. L`horizon esthétique n`est donc en rien un lieu symbolique de paix et d`harmonie, mais il est caractérisé par un dynamisme permanent qui, de temps en temps, se manifeste à travers des conflits ouverts, mais reste toujours nourri par des tensions et des luttes.
Les prétendants qui opèrent à l`intérieur de cet horizon ne peuvent être discernés selon des essences qui seraient indépendantes des relations qui, peu à peu, s`établissent entre eux. S`interroger sur leur identité, autrement dit sur ce qu`est l`art, le beau, ce qu`est l`esthétique (au sens neutre du terme en tant qu`objet par excellence de la discipline esthétique), ce qu`est la conduite exemplaire, c`est courir le risque de ne déboucher sur rien. Cette approche méthodologique, quand bien même elle serait précédée d`une vaste analyse historique sur les différentes modalités qui ont gouverné la pensée du beau, de l`art, de l`esthétique et du style de vie exemplaire, débouche inévitablement sur une conclusion décourageante : à savoir que tout peut être considéré comme beau (y compris le laid dans ses différentes déclinaisons), comme art (y compris l`anti-art), comme esthétique (même l`anti-esthétique), comme style de vie exemplaire (y compris l`abjecte).
Le fait est que les liens interrelationnels entre les acteurs de l`horizon esthétique sont beaucoup plus importants que leur propre détermination singulière. Chacun d`eux établit et modifie son identité sur la base de l`interaction avec les autres, en référence à une vision stratégique globale. Le beau, l`art, l`esthétique et le style de vie exemplaire ne sont pas des entités qui existent par elles-mêmes, indépendamment de ces rapports : elles ne peuvent être extraites de l`horizon esthétique où elles ont vu le jour et se sont développées. Il s`agit de notions ouvertes et fluides qui se positionnent et évoluent dans l`horizon esthétique en fonction des circonstances et des opportunités, tissant tour à tour des alliances et des antagonismes, des concordances et des contrastes.
Il existe, cependant, une sorte de limite infranchissable et l`existence même de l`horizon esthétique dépend de son maintien. De manière approximative, on pourrait parler de la liberté qui caractérise l`horizon esthétique, qui serait dès lors opposé à la nécessité qui règne dans le monde naturel, dont on présume généralement qu`il est soumis à des règles scientifiques. De façon tout aussi approximative, on pourrait affirmer que l`horizon esthétique a un caractère symbolique et qu`il est ainsi séparé nettement de la réalité effective, dans laquelle sont immergés les mondes de la technique, de la politique et de l`économie. Toutefois, la liberté qui règne dans l`horizon esthétique ne saurait être assimilée au libre arbitre ou au caprice ; il est beaucoup plus facile en revanche de se tromper car aucune norme codifiée n`existe. Etant gouverné par l`esprit de finesse plutôt que par l`esprit de géométrie, il faut chaque fois être en mesure d`en saisir à la fois la règle et l`exception. Quant à son caractère symbolique, il ne faut pas penser pouvoir procéder sans tenir compte de la réalité effective. Contrairement à la morale et à la religion, dans lesquelles on attribue souvent plus d`importance à la pureté de l`intention subjective qu`aux résultats effectifs, voire on fait appel à l`au-delà et à la transcendance, l`horizon esthétique reste essentiellement mondain. Ce qui le caractérise, c`est justement la prétention de valoir et de s`affirmer dans le monde selon des dispositifs qui sont radicalement différents de ceux de la guerre, de la politique et de l`économie. Le plan où se place l`horizon esthétique est pour ainsi dire intermédiaire par rapport à celui de l`idéalité et celui de l`effectivité (XVI). Il n`est ni trop haut dans le règne des idéaux impuissants et des utopies, ni trop bas dans l`idolâtrie du fait et du succès. La grandeur esthétique ne naît pas de l`effort vers des objectifs inaccessibles, ni de la manie de vaincre à n`importe quel prix : elle se situe dans l`espace intermédiaire entre des valeurs incapables d`être réalité et des réalités privées de splendeur.
Il s`agit donc d`un horizon assez singulier, où les exigences spirituelles et pratiques de la vie humaine sont à la fois reconnues et niées, ou plutôt où elles sont déconectées de leur contexte habituel et transférées dans un autre domaine caractérisé par un dynamisme exceptionnel, conséquence de la présence simultanée de quatre éléments assez hétérogènes entre eux. Une histoire del`estétizue devrait se proposer de discerner les moments les plus notables de l`aventure esthétique et de souligner leur caractère exceptionnel. L`horizon esthétique ne doit pas être considéré comme quelque chose d`évident, de donné a priori, ou encore d`acquis pour toujours. Rien ne permet d`exclure qu`à l`avenir chacun des quatre éléments qui le composent – le beau, l`art, la philosophie et le style de vie exemplaire – puissent prendre des chemins totalement indépendants les uns des autres, et perdre ainsi la possibilité de se confronter et de s`affronter..Il est assez aisé d`imaginer que le beau puisse finir par être absorbé intégralement dans une perspective hédoniste/cosmétique dépourvue de tout lien avec les autres acteurs de l`horizon esthétique. La tendance à transformer l`art en un simple business est très forte dans la société contemporaine et il n`est guère facile de s`y opposer efficacement. La philosophie, à son tour, peut abandonner le beau, l`art et les styles de vie au profit de la futilité et se retrancher dans un scientisme acharné et prétentieux ou dans une érudition vouée à elle-même. Quant aux styles de vie exemplaires, à partir du moment où ils se dissolvent en de simples look momentanés et éphémères, ils se retrouvent non seulement dépourvus de toute grandeur fatale, mais même incapables de constituer une mode. Les phénomènes de dégradation en tant que telle ne constituent cependant pas une menace pour l`horizon esthétique. Bien au contraire, celui-ci puise souvent sa vigueur de ce type d`oppositions. Le danger, par contre, vient de la baisse de l`énergie émotionnelle et de la chute dans l`inertie d`un consumérisme auto-destructeur.
L`horizon esthétique présente en effet un aspect paradoxal : sa valeur ne dépend pas de l`invariance, comme cela est le cas dans la sphère religieuse et morale, sa force ne dépend pas de l`unité comme cela advient dans la sphère militaire et polique. Sa valeur et sa puissance il ne la tire pas tant de l`immuabilité ou du consensus plébiscitaire que de la floraison de différences et de nouveautés. L`acpect de lutte ne concerne pas seulement les quatre éléments qui le composent, mais réside à l`évidence à l`intérieur de chacun d`entre eux : il n`existe pas une seule notion de beau, mais une multitude en concurrence. Les artistes sont en compétition non seulement avec les artistes de leur temps, mais encore davantage avec ceux du passé. La confrontation entre différentes tendances est essentielle à l`idée même de philosophie. Enfin, le style de vie exemplaire est tel en ce qu`il implique une décision et un choix qui excluent tous les autres. Il ne s`agit toutefois pas d`une guerre de tous contre tous, car les relations entretenues à l`intérieur de l`horizon esthétique ne sont pas à proprement parler belliqueuses. Aucun élément ne peut en effet faire l`économie de la reconnaissance, et celle-ci est d`autant plus forte que les parties dont elle provient sont opposées : sans l`appréciation et l`admiration on ne produit pas d`horizon esthétique. L`horizon esthétique est plein de stratégies ingénieuses et paradoxales, dont le but ultime n`est certes pas l`annulation des multiplicités et l`anéantissement de l`adversaire. Celui qui se préfixerait de tels objectifs tomberait de l`horizon esthétique à l`horizon politico-militaire. Mais on sait combien le recours à des forces extérieures pour s`imposer dans l`arène esthétique est objet de condamnation et de mépris. De la même manière, pour autant que le saint ait été un modèle esthétique exemplaire très important, il reste une différence essentielle entre la sphère morale/religieuse, caractérisée par le catégorique et le permanent, et la sphère esthétique caractérisée par la mondanité et le dynamisme. Ceci non pas pour dire que l`horizon esthétique est ineffectif, mais que les voies à travers lesquelles il parvient à l`effectivité sont différentes des voies politico-militaires. On ne peut dire que l`horizon esthétique est éphémère, mais que les voies à travers lesquelles il atteint une longue durée sont différentes de celles de la sphère éthico-religieuse.
On a souvent reproché à l`esthétique de ne pas fournir un noyau de principes théoriques et de méthodes d`enquête partagés par la majorité de ses adeptes, comme cela est le cas dans les disciplines scientifiques. Le seul point sur lequel on retrouve un consensus presque unanime, c`est la référence au dictionnaire historique des concepts esthétiques, mais l`aspect synchronique des expériences esthétiques (et de leurs concepts-clef respectifs) en concurrence entre elles échappe nécessairement à ce type d`approche. Le fait est que dans l`horizon esthétique, l`aspect scientifique et l`aspect militant sont tous deux présents : le penseur esthétique est un peu savant, un peu guerrier. La recherche esthétique unit en elle l`aspect théorétique et l`aspect pratique, et son intérêt dérive de ce mélange : elle est comme une pièce illuminée par deux côtés. Du point de vue scientifique, elle se présente comme une histoire de concepts et se retrouve dès lors totalement impliquée dans la discussion sur les méthodes et les fins de l`historiographie philosophique. Du point de vue militant, elle entretient un rapport de voisinage avec les poétiques artistiques, avec les études culturelles et même avec la pratique des arts et avec les modes.
Le fait que dans la détermination de l`horizon esthétique on introduise ici la philosophie comme un acteur en jeu à l`intérieur d`une arène, peut laisser perplexe. La philosophie n`est pas considérée comme une spectatrice extérieure de ce qui se passe dans le domaine du beau, de l`art et des styles de vie, mais comme partie prenante. Sa dimension scientifique, autrement dit la possibilité de parvenir à un consensus de la plus grande partie de ses adeptes sur un noyau, même minime, de principes théoriques et de méthodes, pourrait sembler ainsi menacée. Mais ce serait oublier qu`il est dans l`intérêt de tous les acteurs présents dans l`horizon esthétique que ce consensus subsiste. On peut, en dernière analyse, le renvoyer à la défense de l`autonomie de l`horizon esthétique d`une part vis-à-vis de la religion et de la morale, d`autre part vis-à-vis de la politique et de l`économie. Par ailleurs, si la philosophie était soustraite à l`arène esthétique et mise dans un rôle de spectatrice désintéressée ou, pire encore, de juge dans l`arène esthétique, elle serait trop faible vis-à-vis de l`horizon religieux et de l`horizon politique. Autrement dit, à l`intérieur de l`horizon esthétique, les quatre entités en jeu peuvent établir un rapport d`amitié ou d`inimitié. Mais par rapport à l`ennemi extérieur à l`horizon esthétique qui se présente sous forme de transcendance ou de violence, la possibilité d`un accord entre les quatre facteurs en jeu doit être maintenue. Le mot d`ordre de cet accord peut varier : il sera tour à tour le classique, le savoir ou la culture en fonction des vicissitudes et des circonstances historiques
Une dernière observation concerne la pluralité et l`hétérogénéité des styles de vie impliqués dans l`horizon esthétique. En font également partie les styles de vie ascétiques, religieux, politiques, militaires et érotiques, au même titre que ceux orientés explicitement vers le beau et la pratique des arts. Ce n`est pas leur contenu qui importe, mais l`idée d`un être humain perfectible, la référence à une forme quelconque de grandeur et donc la soumission à des épreuves et à des jugements. C`est de là que provient le lien entre l`esthétique et l`éducation qui a été à maintes reprises souligné par les adeptes de l`esthétique. Prétendre se soustraire à toute épreuve ou à tout jugement c`est s`exclure de l`horizon esthétique : ou bien on favorise l`existence de hiérarchies fixes, établies une fois pour toutes et déterminées sur la base du statut d`appartenance, ou bien on applatit tout sur un seul niveau en éliminant toute dynamique de valorisation et de dévalorisation. Le fait que les épreuves et les jugements ne soient jamais définitifs et qu`il y ait toujours de la place pour la lutte et le défi est en revanche un aspect essentiel de l`horizon esthétique. C`est ce qui a amené les adeptes de l`esthétique à attribuer une telle importance à l`énergie émotionnelle, pensée et appelée au fil des siècles de diverses manières : inspiration, enthousiasme, fureur héroïque, élan vital, surinvestissement ou performance.
Traduction de l`italien de Laurent Marchand
Copyright©MarioPerniola,2002
Read 93 times Last modified on Monday, 23 April 2018 16:12